DR

A&D

Camille Sansterre & Ilyas Mettioui
Très librement inspiré de l’histoire et des pensées d’André Gorz et de Dorine.
Mardi 20 & Mercredi 21.09 -16:00 (40’) LABO

A partir de quand peux-tu, sans sourciller, déclarer « Je suis vieux ? »
A l’instant même où tu as pris part au monde. Où tu y as ta place, ton carnet d’adresses, tes premiers avantages, ton premier salaire. Ton confort aussi précaire soit-il.
Tu es vieux dès le moment où tu comprends trop le monde pour espérer le changer, quand tu l’acceptes dans son inhumanité.
Gorz situe ce cap autour de la trentaine.
Nous sommes à la lisière de ce passage.

Gorz a peu parlé d’amour. Mais il l’a vécu.
A&D parle aussi d’amour. Beaucoup même.
Trentenaire en devenir, amoureux de l’amour, le discours de Gorz nous interpelle.

RESERVATION

A l’heure actuelle, voici le dispositif auquel nous rêvons :
Sur le plateau, deux jeunes, un homme et une femme, employés de la start-up « We have what you need », spécialisée dans la rencontre amoureuse.
Et deux vieux, un homme et une femme, non-acteurs. (Ces participants ne seront pas les mêmes selon les lieux d’accueil. Nous choisirons des personnes de la région. Cela permettra de créer du lien là où le projet se jouera et donnera au spectacle un accent particulier).
Sur la scène, ils se préparent pour aller danser au bal. Repassage, habillage et maquillage. De temps en temps, ils prennent la parole. Ce dispositif sera expérimenté durant notre résidence de septembre.
Les deux jeunes de leur côté, entament un jeu. Ils tentent d’imaginer ce qu’a pu être la vie de ce qu’ils croient être un couple. Ensemble, ils racontent l’histoire d’un amour inventé et pourtant révélateur. En un mot, ils s’inventent un amour qui donne du sens.

Ils s’inventent un futur pour éviter le présent, ils parlent des amours des autres pour éviter leur réalité.
Ils laissent libre cours à leurs projections.
Les questions s’imbriquent et fusent.
Ils vont jusqu’à s’imaginer la mort de ces vieux.
Un suicide amoureux, celui d’un couple qui ne peut pas vivre séparé.
Bizarrement le plus doux des suicides.
Lui aussi inspiré de la fin de vie d’André Gorz et de son amour, Dorine.

Projection d’une génération sur une autre mais également projection d’eux-mêmes, de leurs désirs et de leurs rêves.

Un projet de Camille Sansterre et llyas Mettioui
Avec Annette Lautre, Jacqueline Crabbe, Claude Emile, Jean-Louis Froment, Yves Jadoul
Merci à Bruno Borsu, Paul Pourveur, Gael Soudron, Julien Lemonnier