(c) Hichem Dahes

ETNA

Création. Solo de Thi MaÏ NGuyen
Nominé meilleur spectacle de danse de la saison 2017/2018 par les Prix de la Critique

Etna, femme sans âge, errante et solitaire, squatte le théâtre, tel un spectre hanté par ses débris de vie. Elle danse pour conjurer le sort de la malchance, pour retenir encore un peu en elle la chaleur du vivant. Elle danse, car sous les oripeaux perdure le désir de sentir, d’être et d’aimer.
Le corps bouleversé de réminiscences, elle arpente les rives de sa mémoire, révélant les dédales d’une vie marquée par la perte.

Pour ce premier solo en tant que chorégraphe, Thi-Maï Nguyen incarne avec puissance et sensibilité la mince frontière entre la raison et l’égarement. Un monde intérieur se foisonnant, en contradiction avec l’isolement contemporain. Elle danse le funambulisme de notre société.

Conception et interprétation Thi-Mai Nguyen
Création sonore et régie son Antoine Delagoutte
Création lumière et régie lumière Rémy Urbain
Diffusion Eléonore Valère Lachky
Production déléguée Théâtre la Balsamine
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la Danse, Avec le soutien du Théâtre Marni, de la Maison de la Création et d’Ultima Vez.
Création à la Balsamine en mars 2018 dans le cadre de Brussels dance.

Après plusieurs années à collaborer avec différents artistes et chorégraphes, comme
James Thierrée, Wim Vandekeybus, Michèle Anne de Mey, …
Je veux explorer mon univers.
Je désire créer ce solo « ETNA » une femme en recherche constante, qui amasse les matières qui l’ont constitué, le thème de la mémoire est important pour moi.
ETNA a une frayeur terrible d’oublier ce qu’elle a vécu, de perdre les détails de bonheur, de tristesse, de fatigue, de vide et de joie qui l’ont traversé, donc elle a tout gardé.
Comment peut-on se donner à la mort et laisser la vie, si on n’a plus aucun souvenir ou très peu, si on ne sait plus ce qu’on a traversé ?
Elle veut regarder fièrement sa vie pour partir presque tranquillement.
C’est un combat pour garder la vie, l’espoir.

Résidence au printemps 2015.
Présenté au Festival de Kortrijk le 10 octobre 2015.
Première à la Balsamine en mars 2018.
Joué au Marni dans le cadre du D Festival en mai/juin 2018.