Danse labo

Traversée

11 › 15 mai 2020

Résidence solo
Maria Eugenia Lopez

Une traversée (titre de travail) est une toute première étape de recherche chorégraphique ayant pour sujet principal les flux migratoires. Cependant l’analyse du traitement médiatique de la pandémie Covid-19 a, pour la chorégraphe, naturellement fait écho aux discours relayés par les médias sur son sujet premier : les phénomènes migratoires.

Dans une phase initiale de recherche documentaire élargie, cette recherche vise à analyser et à contester un certain discours politique très bien construit basé sur la peur. La stigmatisation des migrants via ces propos engendre ainsi une déshumanisation de la problématique en prenant comme référentiel de communication un discours tronqué basé sur les statistiques. Pour la chorégraphe, Il est important de montrer que derrière ces chiffres, se jouent avant tout des histoires et des situations individuelles souvent tragiques.

En mettant en rapport corps, image et matière, le projet de Maria Eugenia Lopez explore les notions de trajectoires, de passages, de frontières, d’inclusion et d’exclusion. Après Nothingness, création présentée au Théâtre Les Brigittines le 12 mars dernier, elle étudie les phénomènes migratoires et la manipulation des discours relayés par les médias sur la perception de la problématique des migrations et des réfugiés. 

D’une façon plus générale, la chorégraphe s’intéresse aux sujets qui touchent aux libertés fondamentales et à la manipulation de masse. Elle prétend pour ses créations futures réaliser des projets susceptibles d’engendrer une vision plus large, plus engagée et plus humaniste sur des problématiques sociétales qui la heurtent profondément.